PID_$765259$_15bae842-1f83-11e3-a193-5d8b5563dea2_originalArticle sur l'avenir.net 24/9

Vitriolée en 2009, Patricia Lefranc se reconstruit progressivement.Un combat quotidien que retrace «Les orages de la vie».

Pour son retour à l’antenne, l’émission Les orages de la vie présentée par Stéphane Pauwels atteindra un degré assez élevé sur l’échelle de l’émotion ce soir. «C’est l’une des émissions les plus fortes que j’ai tournées», avoue l’animateur. Car l’histoire de Patricia Lefranc, terrible par la cruauté de son agresseur, est aussi une très belle leçon de courage. Le récit d’un combat quotidien.

Cette histoire, c’est Patricia Lefranc qui a demandé à l’animateur de l’aborder dans Les orages de la vie. «Je l’ai connue via Jean-Denis Lejeune. C’est elle qui m’a demandé de témoigner.» Patricia Lefranc confirme  : «J’en avais marre du regard des gens. Ils posent un regard trop lourd… Pourtant, il y a déjà eu des émissions… Mais il y a des choses qui n’ont pas été dites et qui doivent l’être.»

Les premières images montrent Patricia devant son ancien domicile, à Molenbeek. C’est là que le mardi 1er décembre 2009, cette mère de trois enfants, âgée de 45 ans à l’époque, sera vitriolée par son ex-compagnon, Richard Remes. Pas par un jet mais deux jets d’acide. «Tu vois ton corps fondre», témoigne Patricia. Horrible

Brûlée au 3e et 4e degré sur tout le corps, Patricia sera plongée dans un coma artificiel pendant trois mois, à l’hôpital pour grands brûlés Reine Astrid de Neder-over-Heembeek. De retour sur place, quatre ans plus tard, l’endroit est terrible pour elle. C’est là que son fils, la voyant pour la première fois après les faits, dira  : «Ce n’est pas ma maman…»

Aujourd’hui, Patricia se reconstruit, dans la région de Nivelles, entourée par ses amis et ses enfants. «J’ai des enfants formidables. Ils ont changé ma façon de voir ma vie.»

Patricia Lefranc a déjà connu 97 opérations de chirurgie esthétique. La prochaine est programmée le 27 septembre. «À la centième, j’ouvre le champagne à la salle d’op ‘», lâche-t-elle avec cet humour désarçonnant. Sa façon à elle de désamorcer la situation.

Son agresseur a été condamné l’an dernier à 30 ans de prison. Et s’il n’est pas libérable avant mars 2022, Patricia redoute déjà cette possibilité de le voir un jour dehors. C’est pourquoi elle milite sans relâche pour l’instauration de peines incompressibles. Elle a mis en ligne une pétition (http://victimesbe.canalblog.com/archives/2012). «Je ne fais pas du tout de politique. Mais j’ai envie de pousser une gueulante.»

Elle a aussi écrit un livre sur son histoire qui sortira en mars l’an prochain.

RTL TVI, 19.45 mardi 24/9 les orages de la vie

Sur l'avenir.net